J'avais envie de faire un quatre quarts depuis quelques temps. Hé oui, je n'en avais jamais fait. J'ai donc préparé la pâte de base. Mais il me restait 2 pommes et comme j'aime les cakes aux pommes, je me suis dit que les ajouter au 4 quarts ça pourrait être pas mal. Et là, je n'ai plus eu de contrôle sur moi même, c'était trop tard, j'ai poussé le vice jusqu'à y mettre 2 barres de chocolat à dessert qu'il me restait. J'ai voulu résister, mais je n'ai pas pu.

Au final, un dessert assez... "riche" dirons nous mais tellement bon. Pour me déculpabiliser j'en ai congelé une partie pour les envies soudaines de "gâteau pas sérieux" à venir. Je congèle souvent mes cakes sucrés car pour des petits creux c'est toujours sympa d'en avoir.

IM000063

- 3 oeufs (=150g)
- 150g de farine
- 150g de sucre (aïe aïe aïe)
- 150g de beurre (ben oui, j'ai dit gâteau "riche")
- 1 c à s de rhum
- 2 pommes
- 2 barres de chocolat cassées en pépites (j'ai tendance à faire des énormes pépites. J'adore le croquant que ça donne quand c'est bien refroidit)
- 5g de beurre pour le moule
- 1c à s de cassonade

Bien mélanger les oeufs et le sucre. Ajouter la farine puis le beurre fondu. Ajouter le rhum (j'aime pas trop le rhum mais j'ai voulu en mettre... allez comprendre... Au final on ne le sent pas vraiment).

Préchauffer le four à 180°.

Éplucher les pommes et les couper en morceaux. Casser le chocolat en morceaux plus ou moins gros. Mélanger à la pâte.

Ayant un moule à revêtement antiadhésif, j'ai zappé le passage "beurrer le moule ou mettre du papier sulfurisé" et j'ai mis directement au fond les 5g de beurre en petits morceaux éparpillés puis j'ai mis la cassonade sur le fond du moule. Enfin, ajouter la pâte.

Mettre au four et vérifier la cuisson avec la pointe d'un couteau. J'ai dû mettre environ 45 min en augmentant les 15-20 dernières minutes à 200°.

IM000062

Comme je le disais, je n'avais pas mis de papier sulfurisé et c'était une erreur. Le démoulage du fond s'est fait avec des imperfections: des morceaux ont préféré rester collés les malheureux!